Curiosités pour bibliophiles




Intérêt
Cette liste de curiosités pour bibliophiles est entièrement subjective. À travers elle, nous nous proposons d'attirer votre attention sur quelques volumes rares, qui ont pour point commun de tous présenter un intérêt particulier et réel à nos yeux par leur contenu.


Table des matières

1. Livres anciens

ESTIENNE, Charles ; LIEBAULT, Jean. L’Agriculture et Maison rustique. Nombreuses éditions du XVIe jusqu’au XIXe siècle. / CLAMORGAN, (de) Jean. La Chasse du Loup, necessaire a la Maison Rustique. En laquelle est contenuë la nature des Loups, & la maniere de les prendre, tant par chiens, filets, pieges, qu’autres instrumens : le tout enrichy de plusieurs figures & pourtraicts representez apres le naturel. / LA COURT, (de) Gervais. La Fabrique et usage de la Jauge ou Diapason. Qui est l’instrument avec lequel on examine & mesure la grandeur & capacité des tonneaux & vaisseaux circulaires. Livre fort propre & necessaire à toutes Républiques nouvellement mis en lumière par Gervais de la Court, natif de la ville de Soissons.

Cette première version de La Maison rustique, qui constitue le premier véritable traité d’économie domestique, est généralement accompagnée du court traité de chasse de Jean de Clamorgan et du texte sur la jauge de Gervais de La Court. Le texte originel en est dû à Charles Estienne, troisième fils d’une lignée d’imprimeurs, qui reçut son éducation de Lascaris. Docteur en Médecine, devenu imprimeur à son tour, il écrivit des ouvrages dans cet art. Sa Maison rustique, qui parut en 1564, fut augmentée par Jean Liebault vers la fin du XVIe siècle et rééditée plus de 80 fois en 4 siècles. [un facsimile d’une édition s.n., 1653 a été réédité en partie chez Phénix éditions en 2004 ; ISBN 2-74581-199-1]


SIGRAIS, Claude-Guillaume Bourdon. Histoire Des Rats. Pour Servir à l’Histoire Universelle. À Ratopolis (Paris), 1737.

Une satire qui fait du destin des rats le pendant de l’Histoire des Hommes. Texte écrit (en partie) en réponse à l’ Histoire des Chats, de François-Augustin Paradis de Moncrif : en 1727, ce dernier ouvrage inattendu remporta un franc succès, qui permit à son auteur d’être reçu à l’Académie française en 1733 [réédité à La Part Commune en 1999 ; ISBN 2-84418-005-1]. Le texte anonyme de l’ Histoire des rats a longtemps été attribué à Voltaire. Cette édition comprend trois gravures très curieuses : une en frontispice, représentant une dame de la cour en costume d’où sortent des rongeurs, accompagnée d’un nain en costume bizarre et d’un homme barbu, une vignette de titre représentant des rats entrain de lire, et une planche insérée entre les pp. 84-85 qui représente une statue de l’ Apollonis Smyntheus (aspect d’Apollon grec), c’est-à-dire littéralement « le tueur de rats », qui était invoqué pour repousser la peste. Bien que guérisseur, le dieu pouvait néanmoins se montrer terrible : Sophocle, dans son Œdipe, lui fait abandonner une cité livrée à la maladie, par vengeance envers les habitants de celle-ci. [Réf. BARBIER, 764 ; GAY II,546]. Si l’on en croit l’exemplaire disponible chez un libraire d’Amsterdam, une réédition, tout aussi rare sinon plus, en aurait été faite en 1738, avec une nouvelle page de titre (à nouveau, « à Ratopolis ») et un nouveau « discours préliminaire ».

L’ouvrage a peut-être aussi inspiré une belle édition des Contes de Moncrif au format in-octavo : dans le goûts des ouvrages pour « rats de bibliothèque » du dernier tiers du dix-neuvième siècle —s’approchant, par leurs caractéristiques, des livres anciens— celle-ci est ornée de dix curieuses gravures sur bois d’après des dessins originaux de chats dans le texte. Le livre, imprimé sur Hollande, contient une notice bio-bibliographique inédite de l’auteur écrite par Octave Uzanne (MONCRIF (DE), Augustin-Paradis. Contes. Paris, A. Quantin, 1879.)

La Chasse du Loup, necessaire a la Maison Rustique.
Histoire Des Rats.
La Magie blanche dévoilée.

DECREMPS, Henri. La Magie Blanche dévoilée, Ou explication des Tours surprenans qui sont depuis peu l’admiration de la Capitale & de la Province. Avec des réflections sur la Baguette Divinatoire, les Automates joueurs d’Échecs, &c. &c. / Du même, en guise de suites : Supplément à la Magie Blanche. / Testament de Jérome Sharp, Professeur de Physique amusante; Ou l’on trouve, parmi plusieurs Tours de subtilité, qu’on peut exécuter sans aucune dépense, des préceptes & des exemples sur l’Art de faire des Chansons im-promptu; pour servir de Complément a la Magie Blanche. / Codicille de Jérome Sharp, Professeur de Physique amusante; Ou l’on trouve, parmi plusieurs Tours dont il n’est point parlé dans son Testament, diverses Récréations relatives aux Sciences & Beaux-Arts; Pour servir de Troisième suite à la Magie Blanche dévoilée. Et d’autres aditions. / Les Petites Aventures de Jérome Sharp. Professeur de Physique amusante: Ouvrage contenant autant de Tours ingénieux que de Leçons utiles, avec quelques petits Portraits à la manière noire. Paris, 1784[-1789].

Henri Decremps était un avocat qui s’adonnait sur son temps libre à la conjuration. Cet amateur devint célèbre en écrivant des ouvrages dans lesquels il démystifie la prétendue magie et dévoile les tours de magiciens célèbres : La Magie Blanche Dévoilée, qui parut en 1784, est le premier d’entre eux : il y explique les tours de magie de Giovanni Pinetti. Le Testament de Jérôme Sharp (son pseudonyme, adopté pour la première édition en anglais qui parut en 1785 sous le titre The Conjurer Unmasked, dans une traduction de Thomas Denton) fut le second volume qu’il publia. La révolution interrompit quelque peu l’engouement pour ces ouvrages en France et d’autres éditions en furent faites à Bruxelles.


SWIFT, Jonathan. Conte du Tonneau. Contenant tout ce que les arts, & les sciences ont de plus sublime, et de plus mysterieux ; avec plusieurs autres Pièces très curieuses. La Haye, 1732.

Cette édition en deux tomes auxquels est généralement joint un troisième (Traité des dissensions, entre la noblesse et le peuple) du recueil de contes paru en 1721 est, selon Brunet [V, 603], « la meilleure ». Elle comporte un frontispice et sept planches gravées (6 dans le premier volume et une dans le second) ; la dernière de ces planches, isolée, est à la fois très curieuse et très rare : elle représente La bataille des livres, une bataille entre les livres anciens et un Essai sur les facultés de l’âme. D’inspiration satirique, l’œuvre fut très populaire au XVIIIe siècle. [édité chez Aubier en 1992 ; ISBN 2-70070-179-8]


2. Livres modernes

2.1. Du XIXe siècle

Conjuration de Robespierre.
De la Démonialité.

MONTJOYE, Christophe-Félix-Louis Galart (de). Histoire de la conjuration de Maximilien Robespierre. Nouvelle édition, revue, corrigée et augmentée par l’auteur. À Paris, chez les marchands de nouveautés, 1801. Deux tomes.

Il s’agit de la deuxième édition de cette monographie qui s’attache à dresser la légende noire des périodes de la Convention et de la Terreur. Les massacres révolutionnaires y ont la part belle et leur principal organisateur y est présenté sous les traits les plus sanguinaires : un frontispice allégorique gravé représente en effet Maximilien Robespierre entrain de presser un cœur (de la France ?) pour en faire couler le sang dans une coupe qu’il s’apprête à boire. L’auteur, royaliste fondateur de l’Ami du Roi, est Félix-Louis Touloubre, dit Galart de Montjoye.


SINISTRARI, Ludovico Maria d’Ameno. De la Démonialité et des animaux incubes et succubes : où l’on prouve qu’il existe sur terre des créatures raisonnables autres que l’homme ayant comme lui un corps et une âme, naissant et mourant comme lui, rachetées par N.S. Jésus-Christ et capables de salut ou de damnation. Par le R.P. Louis-Marie Sinistrari d’Ameno,… ;publié d’après le manuscrit original découvert à Londres en 1872 et traduit du latin par Isidore Liseux. Deuxième édition. Paris, I. Liseux, 1876.

L'auteur, Ludovico Maria Sinistrari (1632-1701), moine franciscain. professeur de philosophie et de théologie à Pavie, puis conseiller du Saint Office à Rome, connu pour son œuvre juridique, commit ce traité de démonologie caractéristique de la spiritualité du XVIIe siècle, mais le manuscrit ne fut découvert et traduit qu'au XIXe siècle (à Londres, en 1872). Il présente les incubes et les succubes et quels peut être leur commerce avec les humains, notamment comment une femme peut être fécondée par un incube. En conclusion, l'auteur oppose la démonialité à la bestialité.


TISSANDIER, Gaston. Histoire de Mes Ascensions. Recit de Vingt-Quatre voyages aériens (1868-1877). Précédé de Simples Notions sur les Ballons et la Navigation Aérienne. Paris, Dreyfous, 1878.

Un ouvrage de référence sur les montgolfières et les progrès accomplis dans le domaine aérien par l’homme au XIXe siècle. L’auteur[1], à la fois écrivain scientifique (ce chimiste passionné de météorologie fonda une revue des Sciences et de leurs applications aux arts et à l’industrie intitulée La Nature) et aéronaute passionné, prépara et accomplit avec son frère Albert l’ascension de longue durée du ballon le Zénith, ascension qui eut lieu les 23 et 24 mars 1875 et qui les emmena de Paris jusqu’à Arcachon, en Gironde. Le livre réunit le récit de cette expérience et de ses autres ascensions à la suite d’une sorte de manuel d’aéronautique, premier du genre, dans lequel il aborde également l’histoire et l’évolution des techniques (Simples notions…). Les illustrations de l’ouvrage sont d’Albert Tissandier et comprennent les planches dépliantes suivantes : un tableau de l’exploration de l’atmosphère, un tableau des ballons du siège de Paris (1870) et une carte des ballons du même événement, en sus de nombreux dessins dans le texte. (N.B. De nombreux numéros de la revue La Nature ont été numérisés et mis à disposition en ligne par le CNAM[2])


2.2. Du XXe siècle

La Batrachomyomachie.

La Batrachomyomachie. Poème attribué à Homère. Translaté du grec en français par Mario Meunier, orné de bois gravés par Lucien Boucher. Paris, Chez Marcel Seheur, n. d. [1920]. Dans ce poème grec héroïco-comique, rédigé en vers entre le VIe et le IVe siècle avant notre ère, grenouilles et rats s’opposent dans une lutte à mort, sorte d’Illiade burlesque, pour le plus grand souci des dieux de l’Olympe, jusqu’à ce que ces derniers se sentent obligés d’intervenir dans les affaires des rongeurs & batraciens. L’édition qui en a été faite chez Marcel Seheur est limitée à 525 exemplaires. Elle comporte onze bois gravés en hors-texte, dont un en frontispice, et 22 bois gravés in-texte, plus les culs-de-lampe, têtes de chapitre et lettres ornées, l’ensemble ayant également été mis en couleurs par Lucien Boucher.


GUÉGAN, Bertrand. La fleur de la Cuisine francaise, où l’on trouve les meilleures recettes des meilleurs cuisiniers, pâtissiers et limonadiers de France, du XIIIe au XIXe siècle, Enrichies de notices et d’un glossaire. Avec des Images anciennes et une préface d’Ed. Nignon. Paris, La Sirène, 1920. Et le second volume qui a paru l’année suivante : La Fleur de la Cuisine Française où l’on trouve les meilleures recettes des meilleurs Cuisiniers, Pâtissiers et Limonadiers de France, du XIIIe au XIXe siècle. Enrichies de notices et d’un glossaire. Tome II. La Cuisine moderne (1800-1921). Paris, La Sirène, 1921.

Ce livre rare en deux tomes, deux volumes contient les recettes les plus populaires et les meilleures recettes des Grands Cuisiniers français, prises à la source, du XIIe siècle jusqu’en 1921. Elles sont annotées par Bertrand Guégan. Introduction du Docteur Raoul Blondel. "The work contains typical receipts taken from the ancient works on cookery (...) thus presenting a convenient and accurate source of comparison of the foods and their preparation..." [Bitting, 204]. Une anthologie très intéressante par son exactitude et par l’étendue de la période concernée.



Catégorie (1) Contenu éditorial 
 
Mots-clef Curiosité 
Contenu sous droits d'auteur — Dernière mise-à-jour : 2012-02-08 13:50:31

Recommandations

Traduction inédite de ce poëme grec héroïco-comique, parodie de l'Illiade qui fut longtemps attribuée à Homère(Selon Plutarque, elle serait l'œuvre d'un certain Pigrès d'Halicarnasse.). Celle-ci, due à A. Dethou, est dédiée à M. Buisson, notaire à Marseille. L'édition que nous en présentons, l'originale, est la seule que nous connaissons.

Pamphlets humoristiques, au ton féroce et dans un style mordant caractéristiques de l’écriture swiftienne : Le conte du tonneau, contenant tout ce que les arts & les sciences ont de plus sublime, et de plus mystérieux : Avec plusieurs autres pièces très curieuses. est ici traduit par Van Effen.

Opuscule rare et curieux, d’un tirage unique à 200 exemplaires, tous signés de la main de l’auteur : Harlot’s progress ou Les étapes d’une courtisane anglaise au XVIIIe siècle se propose de retracer la vie d’une femme de ce temps qui devient prostituée d’après l’œuvre gravé du moraliste William Hogarth (Londres, 10 décembre 1697 - 26 octobre 1764). L’étude porte sur le sens historique et médical (syphilis), et non sur la dimension artistique des 6 scènes d’Hogarth, qui sont reproduites en facsimilé sur papier fort : Arrivée à Londres, Intérieur à la mode. Rupture., L’arrestation, La prison, La mort, et Les funérailles.

La pièce imaginaire Le Roi en Jaune compte deux actes et au moins trois personnages : Cassilda, Camilla et «l’Étranger». Elle est mentionnée pour la première fois dans le recueil homonyme de nouvelles fantastiques de Robert W. Chambers : l’existence de la pièce interdite est le fil conducteur qui relie les différents récits du livre : en particulier, la lecture du second acte provoque la folie. Il faut mentionner que Chambers séjourna à Paris durant sa jeunesse.